Qui suis-je ?

Bienvenue dans votre bulle zic !

 

Je suis Loïc BERNAROT, non-voyant de naissance, masseur-kinésithérapeute de formation et musicien depuis l’âge de 6 ans.

Loïc Bernarot avec Nitch, son chien guide

 

Depuis le jour où j’ai posé mes petits doigts d’enfant sur le manche d’une guitare, la passion pour la musique s’est emparée de moi et ne m’a jamais quitté, me faisant vivre bon nombre de moments sensationnels.

Que ce soit tout au long des 11 années passées à jouer du rock français avec mes amis garnements (de l’âge de 6 ans jusqu’à mes 17 ans), durant toutes ces journées de composition en solo, ou plus récemment en me lançant dans l’interprétation de morceaux de J-Rock (rock japonais), mon âme de musicien n’a cessé de me guider jusqu’à ce début d’année 2022, ce moment où l’envie de transmettre mon savoir et mon savoir-faire m’a conduit à créer cette petite bulle confortable dans laquelle, je l’espère, vous vous sentirez au poil !

Sur cette page, je vous propose d’embarquer avec moi dans un petit voyage retraçant ma vie de musicien depuis mon enfance jusqu’à aujourd’hui afin que, si nous travaillons ensemble, vous puissiez mieux connaître votre serviteur !

Sommaire

Mes débuts dans la musique 

La grande époque des Garnements

La longue pause

Le retour aux sources

Vous avez dit rock japonais?

Un prof en or

La MAO dans le noir

Mes débuts dans la musique

Tout a commencé en 1995, 2 mois après avoir fêté mon sixième anniversaire.

A l’occasion du Téléthon, un groupe local de pop rock français se produisait à Igney, mon village natal.

Comme à l’accoutumée, mes parents se sont attelés à me décrire ce qu’ils voyaient afin que, malgré ma cécité, je puisse me représenter mentalement les choses comme tout enfant de mon âge.

Mon père a alors tenté de me décrire cet instrument que l’on appelle la basse… Pour une raison obscure, mon petit cerveau n’est pas parvenu à imprimer cette description, laissant s’exprimer une frustration non dissimulée. Mon père a donc pris le taureau par les cornes : entre 2 morceaux, il m’a fait monter sur la remorque qui servait de scène et a demandé au bassiste, Yannick de son prénom (NJ pour les intimes) s’il pouvait me faire toucher sa basse. Bien entendu, Yannick a accepté et je me suis de suite exclamé : « C’est génial, je veux en jouer ! ». Yannick m’a alors répondu que mes doigts étaient trop petits pour me mettre à la basse mais, en substitut, il m’a proposé de m’enseigner la guitare. J’ai alors bondi de joie et, une semaine plus tard, j’ai pris mon premier cours de guitare.

Après quelques semaines à gratouiller sur une guitare classique, Yannick m’a proposé, au vu des styles qui m’intéressais, de me mettre à la guitare électrique. Le fabuleux monde des Power Cords s’est alors ouvert à moi ! Ainsi, à 6 ans et demi, j’ai gratté mon premier Power Cord de mi, me prenant ainsi pour une mini rock star !

La grande époque des Garnements

Assez vite, Yannick m’a parlé de son petit cousin qui, après avoir tapé sur des casseroles depuis l’âge de 2 ans, s’était fait offrir une petite batterie par ses parents pour ses 6 ans. Yannick nous a présentés et nous avons commencé à faire du bruit à 2 !

Nicolas, le petit batteur, connaissant un enfant de son âge qui voulait se mettre au synthé, qui lui connaissait un autre enfant désirant tester la basse, nous avons formé Les Garnements !

A l’âge de 7 ans, nous avons donné notre premier concert pendant une heure et demie avec un set de 3 morceaux !

En 11 ans d’existence, nous aurons eu la chance de jouer dans d’innombrables bars, salles de concerts locales et autres centres des congrès. Un album studio enregistré à l’âge de 14 ans nous aura permis d’immortaliser cette période de nos vies.

Notre formation aura subi 2 changements majeurs avec le départ de notre première chanteuse après 3 ans de bons et loyaux services et le remplacement de notre bassiste. Néanmoins notre second line up aura constitué l’essence même de notre groupe qui restera à jamais gravé dans nos mémoires !

La longue pause

Lorsque le groupe s’est séparé en 2007 pour diverses raisons (dont la nécessité pour moi de m’exiler en région parisienne pour entreprendre mes études de kiné), chacun a suivi sa voie, restant ou non dans le sublime monde de la musique.

Pour ma part, durant mes 3 années d’études, je n’ai que très peu sorti la guitare de son étui, mais le simple fait qu’elle se trouvait là, sous mon lit d’étudiant, me procurait une sensation rassurante.

Le retour aux sources

Après l’obtention de mon DE de kiné en juillet 2010 et l’emménagement dans mon premier appartement, cette passion dévorante pour la musique et plus particulièrement la guitare s’est bien vite ré-emparée de moi pour ne plus jamais me quitter !

Pendant une petite année, je me suis mis à la composition afin d’exprimer mes émotions de la manière qui me paraissait la plus appropriée et propice à mon épanouissement personnel. Entre coups de gueule sur des sujets de société plutôt engagés à la sauce punk rock, ballades traitant des différents deuils que j’ai dû traverser et autres hommages destinés à mes proches, l’art de la composition m’a permis de traverser cette petite période de ma vie des plus difficiles émotionnellement parlant.

Vous avez dit rock japonais ?

C’est en mai 2011 que je me suis ouvert à un tout autre monde lorsque j’ai rencontré Sandra qui est aujourd’hui mon épouse (ainsi que la Webmaster cachée de ce site mais chut, faut pas le dire). Passionnée par la pop culture et en particulier par la japanimation, Sandra m’a fait découvrir le rock japonais qui a tout de suite résonné comme une douce mélodie à mes petites oreilles de zicos.

A cette époque, Sandra fréquentait une convention geek, la Japan Addict de Strasbourg, et participait notamment au concours cosplay. Le but d’un tel concours est de proposer une prestation scénique de 3 minutes environ en cosplay (costume d’un personnage de manga, jeux vidéo, film, série ou autre). Lorsque, lors de ma première visite à cet évènement, j’ai pu constater, en faisant partie du public, qu’une ambiance chaleureuse et conviviale rythmait les prestations, le manque de la scène s’est tout de suite fait sentir !

Je me suis alors lancé un défi : enregistrer une backing track pour 2 génériques de Naruto et venir les interpréter sur scène lors de la prochaine édition ! Je peux vous dire que ce fut un défi plus ardu mais voici ce que ça a donné :

Comme vous aurez pu le voir, ce fut un moment très riche en émotion et une super expérience que je ne pourrai jamais oublier ! Car malgré mon jeu approximatif du moment, je retiens ce genre comme un tournant dans ma vie de musicien.

Suite à cette occasion, je me suis lancé réellement dans le cover de J-Rock, ce qui m’a permis de vivre d’autres moments sensationnels comme mon interprétation de la chanson Forever Love de X-Japan en hommage à Emir, mon premier chien guide, lors de la convention Senyu (Epinal) en 2015.

Sans être une grande performance vocale, le fait d’avoir pu chanter ce morceau en public en partageant le super diaporama qu’avait fabriqué Vincent, sa famille d’accueil, m’a été une grande aide dans cette épreuve de deuil.

S’en sont suivis plusieurs prestations à différentes occasions (fêtes de la musique, conventions geek) avec, dans l’entre-fait, un petit bout de chemin parcouru en trio avec batteur et bassiste.

Un prof en or

C’est en 2018, alors que j’avais l’ambition d’entreprendre un nouveau processus de pratique de la guitare en vue d’augmenter mon niveau technique et musical, que j’ai fait la connaissance d’un prof en or prénommé Cyrille dont la pédagogie fut une révélation pour moi. Sans l’ombre d’une hésitation, j’ai suivi ses cours pendant 4 ans, me permettant d’améliorer mon sens du rythme, de me constituer un répertoire conséquent tant pour la pratique de l’instrument que pour le plaisir de jouer, d’aborder la théorie musicale (et de me découvrir une véritable passion pour l’harmonie) et enfin, le point le plus important, de travailler mon oreille relative afin de me permettre de repiquer des morceaux à l’oreille malgré l’impossibilité d’avoir recours aux tablatures.

Pour moi, ces quatre années de travail ont été comme un aboutissement de tout ce que j’avais pu apprendre durant toutes ces années de guitare, pour finalement éveiller en moi cette envie de transmettre et de créer votre BulleZic !

La MAO dans le noir

En parallèle, à la fin 2020, j’ai été en mesure de me former en MAO grâce à Lucas Volpi de la chaîne de Luc (voir page Partenaires) et son logiciel Fast Board.

En quelques mots, Fast Board pour Logic Pro est une solution logicielle nous permettant d’utiliser le logiciel de MAO Logic Pro sous Mac en tant que personne non-voyante avec une efficacité et une ergonomie qui n’ont rien à envier aux possibilités de Logic Pro pour les personnes valides.

C’est ainsi que j’ai pu suivre différentes formations traitant de l’enregistrement, du mixage et du mastering et ainsi vous proposer les différents services que vous trouverez sur ce site.

J’ai, par là même, eu l’occasion de redonner vie à plusieurs compositions que j’avais écrites en 2010/2011 dont cette Alerte Rouge dont je suis plutôt fier.

A noter que pour ce morceau, j’ai repris un texte écrit par mon oncle que nous interprétions à l’époque des Garnements avec, dans cette version, l’adjonction de ma petite touche personnelle.

Alerte rouge mp3

Alerte rouge m4a

Et voilà vous savez tout, ou presque. A la lecture de ce récit, j’espère vous avoir donné envie de me faire confiance afin que je puisse vous transmettre toute la passion qui m’anime pour cet art ô combien sublime qu’est la musique.

Let’s rock !

En bonus : Un moment d’éclate sur Petit Papa Noël, eh oui vous avez bien compris !

Pour plus d’informations sur mes différents services et sur mes tarifs : c’est par ici.
N’hésitez pas à me contacter pour toute information complémentaire.